Sur les modalités d'action

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur les modalités d'action

Message  manon le Ven 23 Nov - 3:13

Texte d'Alain Brossat, (professeur de philosophie Paris 8 ) que j'ai longtemps hésité à poster, mais ça permet de réfléchir et de débattre, avec de vrais arguments... Même si j'ai jusqu'à maintenant voté et participé au blocage. Je ne cherche pas à infiltrer le forum de l'intérieur!! ça m'a juste interpellé.



- Le genre de mouvement auquel nous avons actuellement affaire, sur l’Université en général et à Paris 8 en particulier, est une occasion rare de politisation du milieu étudiant et de la transformation des universités en agoras éphémères. Le blocage rend l’un et l’autre impossible, en créant les conditions pour que la grande majorité des étudiants, ceux, précisément, qui connaîtraient le plus grand profit à faire une telle expérience, restent chez eux et perçoivent ce qui se passe à l’Université et, plus généralement, sur le front des luttes, par le prisme des médias et de la rumeur publique.
- Ceux qui se font les avocats des procédures expéditives (une sorte de blanquisme soft) par lesquelles est imposé le blocus de l’Université, sans qu’aucun effort n’ait été entrepris pour gagner le milieu à la cause du mouvement, sans que rien n’ait été entrepris pour transformer l’université en espace de débat politique et de présentation du conflit, pensent au fond comme Le Figaro et TF1 : ils partent de l’a priori que le milieu étudiant, en tant que tel, n’a pas vocation à être politisé, ne supporte pas d’être détourné de ses études et ne peut être détourné des régularités universitaires que par empêchement et contrainte. Bref, ils substituent l’activisme minoritaire à l’action politique, ils ne font pas de politique.
- Je n’ignore rien des usages abjects qui sont faits actuellement des majorités silencieuses et laborieuses, de l’appel permanent à la mobilisation du marais qui « veut travailler ». Mais la dénonciation de cette démagogie n’autorise pas pour autant tous les raccourcis : lorsque les cheminots et les traminots se réunissent en assemblée générale dépôt par dépôt, ce sont des majorités physiques qui se dégagent, et qui rendent possible la grève. Dans le milieu étudiant, au contraire, se pratique un substitutisme généralisé, rendu possible par la farce des AG générales qui sont le pôle d’excellence des factions, des agités et des vétérans de toutes les guerres universitaires. Pourquoi éviter soigneusement de tenter de mobiliser le milieu en renonçant d’emblée à organiser, dans l’espace ouvert de l’université, des AG par UFR, par exemple ?
- Les solutions de facilité et les expédients politiques du type blocage (dont la marque immédiatement visible est l’instauration d’une police d’un type nouveau, vouée à filtrer les entrer, les vocations sont, ici, promptes à s’éveiller) trouvent leur fondement dans l’absence, pour le mouvement, de tout référent positif. On est contre la loi LRU, ce qui est la moindre des choses, et, pour le reste, c’est soit le syndrome de la tête vide, soit le règne des automatismes et des fantasmagories, des mots d’ordre impensants du type « démocratisation de l’université » ou « défense des acquis universitaires ». Il y a quelque chose de pathétique dans cette combinaison qui se constate aujourd’hui, de l’activisme incandescent et de mots d’ordre rétrogrades agencés autour de la défense des actuels modes de recrutement des enseignants du supérieur (les fameuses « commissions de spécialistes ») ou, plus généralement, de l’actuelle composition d’un système universitaire obèse et décérébré qui est, précisément, cela même dont nous, qui sommes les gardiens d’une certaine idée de l’Université, crevons aujourd’hui. Que leur loi se maintienne ou pas, Pécresse et les siens ont déjà gagné pour autant qu’ils ont engendré ce mouvement « noniste » dont tout l’esprit de résistance se résume à une défense et illustration de cet état des choses universitaire dont le vrai visage est : un processus d’autodestruction sans fin.
Voyons les choses en face : il n’existe aucune espèce d’accord entre ceux qui s’opposent à la loi LRU, quant à l’essentiel : l’Université qu’ils veulent. Le mouvement en cours aurait pu être l’occasion d’amorcer le débat à ce propos si le désir de faire de la politique l’avait emporté sur celui d’exhiber le radicalisme. Des images, des symboles, substitués à des actions. Il ne suffit pas de virer les équipes de TF1 ; encore faut-il ne pas caler ses propres procédures sur celles du pouvoir médiatique.

Alain Brossat

manon

Messages : 113
Date d'inscription : 15/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les modalités d'action

Message  Quentin le Ven 23 Nov - 4:44

J'aurai même été un peu plus loin en disant que ce milieu n'existe tout simplement pas dans la tête des activistes - ou que tout du moins ils ne préfèrent pas s'en embarrasser - mais mis à part cela, cela exprime tellement bien la manière dont je vois les choses^^ Tu n'aurais pas du hésiter à poster ce texte Very Happy

Quentin

Messages : 118
Date d'inscription : 14/11/2007
Age : 30
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les modalités d'action

Message  Stanislas le Dandyktateur le Ven 23 Nov - 4:59

manon a écrit: (dont la marque immédiatement visible est l’instauration d’une police d’un type nouveau, vouée à filtrer les entrer, les vocations sont, ici, promptes à s’éveiller)

[/b]

Personnellement je vois pas ce qu'elle a de nouveau


Ou sinon je suis assez d'accord sur l'emsemble du texte de monsieur
avatar
Stanislas le Dandyktateur

Messages : 46
Date d'inscription : 22/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les modalités d'action

Message  manon le Ven 23 Nov - 11:05

C'est certainement pour ce genre d'encouragement que j'ai hésité à poster ce communiqué.
Renseignez-vous un peu sur le bonhomme, spécialiste de Foucault, il vient de participer à la rédaction de l'article du Monde écrit par les profs de Paris 8. Bref, à AUCUN moment il ne parle de "réalisme" ou énonce des idées libérale!! Toi Quentin tu as applaudi l'article des échos qui estime que les étudiants doivent s'endetter et rembourser leurs études a postériori, et je ne pense pas vraiment que tu sois d'accord avec l'argumentation Jbag, ce qui t'intéresse c'est de te sentir renforcé dans ta position rigide, ou alors t'es super instable politiquement sur ce forum...Un jour de droite, et hop! Sans faire gaffe...

manon

Messages : 113
Date d'inscription : 15/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les modalités d'action

Message  Quentin le Ven 23 Nov - 12:58

Euh Manon, si j'ai bien décrypté ta prose, tu me reproches de trouver des idées libérales intéressantes, et dans un autre temps d'être en accord avec un texte qui ne présente rien de libéral en soi. Pourtant je ne vois strictement aucune opposition entre mes deux réactions. Notre cher professeur s'insurge contre le peu d'ouverture d'esprit affiché par les bloqueurs, que cela soi sur le plan de la démocratie, ou de la revendication (désolé pour le raccourci, j'aurai pu trouver mieux, il est vrai). Pour une personne qui recherche le dialogue et la confrontation d'idées dans des conditions de débats constructives, cela n'est que du bon sens. Les idées politiques n'ont donc rien à voir là-dedans.

Quentin

Messages : 118
Date d'inscription : 14/11/2007
Age : 30
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les modalités d'action

Message  manon le Ven 23 Nov - 17:50

Quentin a écrit:Euh Manon, si j'ai bien décrypté ta prose, tu me reproches de trouver des idées libérales intéressantes, et dans un autre temps d'être en accord avec un texte qui ne présente rien de libéral en soi. Pourtant je ne vois strictement aucune opposition entre mes deux réactions. Notre cher professeur s'insurge contre le peu d'ouverture d'esprit affiché par les bloqueurs, que cela soi sur le plan de la démocratie, ou de la revendication (désolé pour le raccourci, j'aurai pu trouver mieux, il est vrai). Pour une personne qui recherche le dialogue et la confrontation d'idées dans des conditions de débats constructives, cela n'est que du bon sens. Les idées politiques n'ont donc rien à voir là-dedans.

sauf que dans le texte présent, ce que je trouvais intéressant était le débat quant aux modalités d'action, quand le but est déjà fixé: l'abroggation et la création, l'élaboration d'une nouvelle université (afin qu'elle échappe à la destruction que lui promet le libéralisme).

manon

Messages : 113
Date d'inscription : 15/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur les modalités d'action

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum