Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Lun 10 Déc - 5:23

Hé oui c'est encore moi, et comme je ne peux pas éditer mon message dans la partie pour les autres fac, je poste un message ici, meme si celui ci reste très rébarbatif tant par sa longueur que par votre non implication dans cette université, mais je me fais la porte voix du mouvement des étudiants et des personnels de mon université.

Au lieu de faire un long dicsours, voici les communiqués des syndicats; du comité de mobilisation des personnels, et du comité de mobilisation des étudiants de l'Université Paul Valery (UPV) de Montpellier III (Lettres et Sciences Humaines) :





Comité de mobilisation des Personnels : Dimanche 9 décembre 2007


L’assemblée des personnels appelle à une journée de mobilisation massive des enseignants, chercheurs et IATOSS le mardi 11 décembre 2007.
Rassemblement 9h30 sur le parvis A-B-C

AG des personnels (heure à confimer)
- réactions à la situation présente
- élection des représentants de l'UPV pour la coordination SLU du 15 décembre (Paris III)
- débat sur les modalités de mobilisation et d’action
Pistes de réflexions proposées :
- gouvernance et démocratie à l’université
- l’avenir de la recherche à l’université
- la professionnalisation à l’université

Les personnels se joignent aux débats et actions proposés par le comité des étudiants mobilisés.




Communiqué du SNESup-FSU UPV : Dimanche 9 décembre 2007

Dans deux communiqués publics séparés, le vendredi 7 décembre, l'équipe de direction appelle d'un côté tous les étudiants "à la mobilisation la plus importante" et de l'autre les enseignants " à être présents sur le campus",et ce "dès l'ouverture de l'université" soit lundi 10, à 7h30. Elle fait état d'une situation d'une "extrême gravité" et menace d'un semestre blanc les étudiants, ce qui n'a pas été voté par le CA.
Aucune réponse n'a été apportée aux interrogations.
Que visent à générer, au risque d'affrontements, une telle dramatisation à outrance de la situation et de telles injonctions qui s'apparentent à une stratégie de la tension ? Que signifie un tel appel politique à la "mobilisation" des étudiants,alors qu'aucune Assemblée de ceux-ci n'est prévue, assemblées légitiméestant par la présence massive d'étudiants (1 600) d'opinions contraires que par, enfin, une intervention du VP (du CS), jeudi dernier ? Que signifie un appel aux enseignants alors que ceux-ci ne sauraient être que dans leurs salles de cours (aux horaires prévus et si tant est que celles-ci soient ouvertes), dans leurs bureaux ou dans leurs labos ? Pourquoi des fermetures aléatoires et intempestives de l'université (17, 19, 20 h, WE) qui interdisent les activités culturelles (théâtre) et de recherche programméeset libres d'accès ?
Le silence imposé par les medias, dans leur quête du seul sensationnel,ne saurait masquer l'ampleur des inquiétudes et de la mobilisation des acteurs universitaires : coordinations (sauvons l'université, sauvons larecherche), memorandum porté au Ministre jeudi 6 par les fédérations syndicales (FSU, CGT, UNSA, Sud) et les coordinations SLU, SLR, établissements bloqués, journées de mobilisation, manifestations de la jeunesse, etc. Il nous paraît essentiel de préserver des temps et des lieux,"banalisés", pour le débat démocratique sur la loi LRU et ses conséquences majeures sur le devenir de l'université de service public, sur ses missions,pour proposer une autre réforme de l'enseignement supérieur et de larecherche. Par ces temps et ces lieux, au travers des formes de mobilisationet d'actions, choisies par les personnels, le dialogue - urgent - pourraêtre renoué avec nos étudiants autour de réflexions et d'analysesspécifiques sur la recherche, la professionnalisation et les entreprises,la démocratie et l'administration (les conseils, les commissions) desétablissements.
Enseignants-chercheurs, nous sommes légitimement inquiets quant à l'avenir immédiat de nos étudiants durant ce semestre, mais cela ne nous empêche pas de partager leur encore plus grande inquiétude sur un futur sur lequel l'existence de la loi LRU fait planer des risques majeurs. Adultes,l es étudiants ont en mémoire leurs luttes - dans des conditions bien plus tendues - contre le CPE, loi promulguée pour être immédiatement suspendue d'application par le Président de la République !

Le SNESup-UPV appelle les collègues à se mobiliser
- mardi avec le "Comité de Mobilisation des personnels de l'UPV contre la loi LRU et pour une autre réforme de l'enseignement supérieur et de larecherche",
- mercredi avec la FSU-34 (rassemblement à 13h30 à la Comédie et AG despersonnels de tous les degrés d'enseignement à 15h30 à la Maison desSyndicats, Antigone).




Communiqué de la section SUD Education de l'UPV : Dimanche 9 décembre 2007

La section SUD Éducation UPV dénonce la manipulation consistant à propager la menace d’« annulation du semestre » ou de « semestre blanc ». Outre qu’une telle mesure serait pratiquement inapplicable, nous soulignons que :
1° les deux semaines de fermeture administrative ne sauraient juridiquement être considérées comme vaquées, et que les étudiants ne sauraient en aucun cas être pénalisés du fait de cette décision de la direction ;
2° nous en sommes donc à deux semaines de grève, ce qui n’est ni inédit ni « d’une extrême gravité » si l’on se souvient des mouvements précédents ;
3° l’actuelle direction a fait perdre six semaines de cours à l’ensemble des Licences en réduisant les semestres à 13 semaines, avec pour principal effet de maquiller notre déficit chronique en postes d’enseignants.
En conséquence, SUD Éducation UPV demande que, comme lors des précédents conflits, des solutions alternatives soient mises en place pour une transmission convenable des connaissances et, le moment venu, pour la passation d’examens sérieux et équitables.




Communiqué de la section SGEN-CFDT de l'UPV : Dimanche 9 décembre 2007

La situation d'une université décrétée ouverte par son président, mais dont les salles de cours sont fermées à clé a, en effet, de quoi inquiéter. Elle introduit une confusion inacceptable entre les responsabilités des bloqueurs et celles de la direction de l'université.Il en résulte qu'un grand nombre d'étudiants, déconcertés par cette situation inédite de blocage-fermeture, ont déserté le campus et abandonné le mouvement en cours contre la loi LRU aux éléments les plus radicaux. Pour notre part, nous approuvons la décision du C.A. de prévoir un rattrapage des trois semaines de cours pour ne pas nuire aux étudiants, même si elle bouleverse le calendrier universitaire et accroît la charge de travail des personnels. Nous appelons nous aussi, à un déblocage de l'université et à une reprise des cours dès lundi prochain, car seul un fonctionnement normal de l'université permet une information sérieuse et un véritable débat sur les profonds bouleversements que la loi LRU rend probables.A un moment où le mouvement de protestation contre cette loi, qui ne trouve qu'un faible écho dans l'opinion publique, risque de se radicaliser, nous ne comprenons pas ce que la direction de l'université attend de nous en demandant à tous les enseignants d'être présents sur le campus dès l'ouverture de l'université. Comment notre présence en grand nombre dans nos bureaux ou nos locaux de recherche pourrait-elle convaincre les étudiants de reprendre le chemin des cours ? En quoi serait-elle une réponse à leurs inquiétudes ? Conscients de nos responsabilités, mais opposés à toute manipulation des personnels, nous demandons à la direction de nous préciser au plus vite ses intentions pour lundi matin.




Comité de Mobilisation des étudiants de l'UPV : dimanche 9 décembre 2007

Voilà plusieurs semaines que les étudiants de l'Université Paul Valéry sont mobilisés contre la loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités. Le blocage a été reconduit à de nombreuses reprises et ce toujours à la suite d'un débat tenu lors d'une assemblée générale.Notre président d'université, Monsieur Jean-Marie Miossec, envoie, par courrier électronique, de nombreux communiqués mensongers aux étudiants de l'Université Paul Valéry. Tout est fait par la présidence pour accroître la tension au sein de notre Université. Le dernier communiqué en date précise que lundi matin étudiants et professeurs sont vivement attendus sur le campus et que les bâtiments et les salles de cours seront ouverts. Le blocage a pourtant été revoté lors de l'Assemblée Générale du Jeudi 6 Décembre. Les étudiants mobilisés et le comité de mobilisation condamnent ces stratégies faisant usage de la peur, des rumeurs et des menaces. L'équipe de direction et plus particulièrement le président de l'Université Paul Valéry tente de débloquer la faculté par tout moyens. L'expérience de Perpignan, de Grenoble ou de Tolbiac risque de se reproduire à Montpellier. Dèjà fleurissent sur internet menaces de mort et autres provocations à l'encontre des étudiants grévistes. Le comité de mobilisation appelle l'ensemble des étudiants, des enseignants et du personnel à s'unir face à cette gestion catastrophique de la crise actuelle. Comme en a décidé l'assemblée générale du Jeudi 29 Novembre le comité de mobilisation demande la démission du président de l'Université Paul Valéry, Jean-Marie Miossec. Cette décision a par ailleurs été confirmée à un niveau national, la coordination nationale étudiante ayant voté la demande de démission de l'ensemble des présidents d'universités qui ont fait usage de l'appareil répressif pour répondre à ce mouvement social. Les actes de la présidence risque de provoquer de violents heurts dès lundi et tout au long de la semaine. Le comité de mobilisation condamne par avance l'ensemble des incidents qui pourraient avoir lieu suite à ces provocations. Ce dernier appelle l'ensemble des étudiants, des enseignants et des personnels de l'Université Paul Valéry à être présents dès 07H45 devant l'Université Paul Valéry et ce chaque jour de la semaine. Nous devons répondre pacifiquement à ces comportements inconscients de la présidence qui pourraient être qualifiables d'incitation à la violence.



Merci a ceux qui sont parvenus au bout de ce pavé, je vous souhaite une agréable journée pour ce Lundi (et pour ceux qui parlaient qu'a Montpellier, le soleil n'était pas au rendez-vous, ils se sont mit le doigt dans l'oeil ) Razz
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Lun 10 Déc - 18:48

Encore moi, hé oui, je vous embete hein voici une info :

Fermeture administrative de l'UPV après intervention des CRS : quelques étudiants blessés dont 4 aux urgences, certains présentant des troubles auditifs après le lancement de plusieurs grenades assourdissantes. Un étudiant aurait craché sur le président. Interpellation par les forces de polices de deux étudiants, un troisième a été défendu par un professeur et a ainsi évité une garde à vue a celui ci. Les syndicats SNESup-UPV, UNEF, le CMP (comité de mobilisation des personnels) et le CME (comité de mobilisation des étudiants) condamnent ces actions et appellent à la réouverture administrative de l'Université dans les plus brefs délais.

Voici une vidéo de l'évacuation forcée de la faculté : Evacuation à l'UPV - LRU

Bonne fin de journée à vous
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Mer 12 Déc - 4:39

Encore moi une énième fois Wink

Marie-Paule Masson, Vice-Présidente de l'UPV, demandait la démission du Président, sinon elle-même démissionnait. La Vice-Présidente a démissionné dans l'après-midi.

Contradiction totale du Président de l'UPV M. Miossec :

"Le CA réuni le 21 avril 2001 :
- déplore la gestion incohérente de la grève étudiante
- déplore la gestion désastreuse de l'université qui se traduit par l'instauration d'un climat de défiance nuisible à la bonne marche de l'établissement
en conséquence, le CA demande la démission de l'équipe dirigeante et des conseils élus afin que l'université opère un redressement immédiat"
20 pour, 20 contre
Une motion de "défiance à l¹encontre de la présidente Michele Weil et son équipe de direction" déplorait le recours aux vigiles et "la volonté d¹organiser un referendum qui aurait nié la légitimité de l¹AG étudiante.

Le groupe Promotion de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche dit PESR, soutien de M. Miossec"

Faites ce que je dis, mais pas ce que je fait, voila la philosophie de M. Miossec.

Jeudi : Vote pour ou contre le blocage
Vendredi : réouverture administrative, uniquement pour les personnels.

Une délégation a été reçue par le Rectorat. Il a affirmé que les maquettes que devaient transmettre le CEVU avant l'intervention des CRS seraient transmises au ministère. Aucune réponse sur la démission du président et la menace de semestre blanc.


Voila voila, ici l'étudiante de Montpellier, à vous les studios Cool
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Mer 12 Déc - 4:42

Je pense que demain vous allez tout faire pour emmerder le vote, COURAGE Wink

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Mer 12 Déc - 4:45

Etant donné que j'attendais ce vote pour ma part, je ne pense pas Wink
Pour le blocage oui, mais pas le blocage imposé comme il a été fait en AG restreinte. Si il advennait que celui ci soit voté, il aurait sa légitimité Smile (mais j'idéalise beaucoup, le vote penchera pour le déblocage Very Happy)
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Mer 12 Déc - 4:47

Justement, si le vote vote le déblocage, que fait-vous ?

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  DuckEater le Mer 12 Déc - 15:30

C'est marrant ce vote, parce que Miossec menace les étudiants de l'UPV de semestre blanc s'ils reprennent pas les cours d'ici lundi prochain. (Et c'est tout à fait possible malgré ce que peut dire toni.).

J'imagine que ça va influencer sévèrement le vote de certains.
Et sinon, certains bloqueurs comptent foutre les urnes en l'air, comme ça avait été fait pour le CPE. Je pense que ça va être tendu tout ça.
J'irai voir ce que ça donne =P

DuckEater

Messages : 53
Date d'inscription : 07/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Mer 12 Déc - 22:46

Il faut faire chier un vote corompu a la Poutine, en clair ceux qui vote la poursuite du mouvement, vont voté l'annulation de leur année. Si tu veux ton année oublie ton droit de te reunir (AG) et de Manifestation et Reunion.

Bref, si tu veux ton année, vas en cours et ferme ta putain de gueule de sale Etudiant qui remet en cause mon ami Sarkozy.

Quel grand homme ce président.

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Jeu 13 Déc - 4:36

Je réponds : étant donné les menaces de notre "président" (oui pour moi il ne l'est plus) je préfère mettre mon année en l'air pour :

-Le faire chier lui meme (pardonner moi je ne me contiens plus) : bloquer la fac légitimement lui ferait perdre sa place de président, il ne pourrait pas la débloquer puisque il a lui meme organisé le vote et devra payer les astreintes que le tribunal lui as imposé : 100€ par jour de blocages à partir de Samedi (ça retombera sur les étudiants mais bon... Rolling Eyes 100€ ça fait 0,0067 € par étudiant pour chaque jours. 10 jours de blocage pour que les frais d'inscriptions augmentent de 0,067€... ça ne peseras pas lourd dans le budget de la majorité des étudiants, meme si pour certains cela pourrait les mettres encore plus dans la m****)

-Permettre aux étudiants de se mobiliser contre la LRU et la loi de réforme qui se prépare dans le secondaire (copié collé de la LRU)



Lettre à la presse
par Cécile Canut, maître de conférences à l'Université Montpellier III.


Depuis plusieurs semaines, les étudiants conduisent, seuls, un mouvement que l'on passe volontiers sous silence et dont on répète depuis des jours qu'il est en train de s'essouffler. Dont on affirme aussi qu'il est mené par des agitateurs, des extrémistes minoritaires ou autres provocateurs. Mais pour qui suit les assemblées générales des étudiants, les commissions culturelles qu'ils mettent en place, les débats qu'ils animent, pour ceux qui prennent le temps de suivre pas à pas ce mouvement, il en va tout autrement. Les étudiants grévistes portent un message et une vision du monde que bien peu veulent entendre. Leurs méthodes et leurs organisations peuvent être discutées, elles ont même cela en propre : la possibilité de s'ordonner dans un espace de dialogue. Mais en lieu et place de la parole, les étudiants sont tenus dans le mépris, ils font face à la menace et à la répression policière. Régulièrement, les étudiants grévistes sont frappés et interpellés par les CRS dépêchés sur les lieux de la contestation. Les coups de matraques et les grenades assourdissantes ne sont pas là pour faire évoluer les choses. Loin s'en faut.

La fermeture administrative


Mais le mépris des personnels et des étudiants par certaines présidences d'université, dont l'autoritarisme préfigure l'omnipotence qui leur est promise par la loi LRU, ne s'arrête pas là : il est désormais celui d'une mise au ban de tous sous la forme d'une « fermeture administrative » des locaux. Mesure pour le coup extrême, à valeur de couvre-feu, dont la vertu n'est pas seulement de rompre sans ménagement toute possibilité de dialogue, mais également d'activer le ressentiment à des fins de division. Imposée pour la seconde fois en un mois à Montpellier III (comme dans six autres universités), ses conséquences sont désastreuses pour les étudiants dans leur ensemble, mais aussi pour les enseignants précaires, pour les étudiants étrangers qui attendent encore leur carte d'étudiant, pour les candidats aux concours que les grévistes laissaient travailler, etc. Ces fermetures renforcent définitivement la rupture de tout lien entre les enseignants et les étudiants : il en ressort une frustration née du sentiment d'abandonner provisoirement ces derniers à leur sort.

Une parole à entendre

Le mouvement des étudiants, comme celui qui s'est construit dans l'enceinte de l'université de Montpellier III par exemple, est tout sauf un mouvement extrémiste ou nihiliste comme on voudrait le faire croire. Les étudiants, de manière pacifique, cherchent le dialogue entre tous, l'échange avec les enseignants et le débat. Ils mettent en place des programmes de réflexion sur les conditions de fonctionnement de l'université, ils s'informent, ils s'intéressent aux conditions de production de la recherche, ils refusent la privatisation des savoirs, ils proposent des alternatives. Il faut leur rendre cette justice : ils donnent à voir d'eux autre chose que l'archétype de l'étudiant passif. Mieux : ils donnent à penser avec eux. Ce qui n'est pas rien. C'est une exigence de le reconnaître. Et c'en est une autre de pouvoir toujours mieux les entendre.
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  DuckEater le Jeu 13 Déc - 14:32

Bon, le vote aujourd'hui, s'est déroulé de manière fort sympathique :
CRS pour guider les votants, au milieu d'une foule de "bloqueurs" ou non-partisans du vote insultant et trouvant de faux partis politiques à ceux qui sont partis voter. Des nez pétés, des coups, des charges de CRS.. Truc sympa, en fait.

DuckEater

Messages : 53
Date d'inscription : 07/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Jeu 13 Déc - 18:54

Un vote encadré par les CRS... comique...Meme en Russie on va pas aussi loin.

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  DuckEater le Jeu 13 Déc - 19:22

Toni a écrit:Un vote encadré par les CRS... comique...Meme en Russie on va pas aussi loin.

Des CRS pour empêcher des bloqueurs de frapper des votants, pour dire vrai (y)

DuckEater

Messages : 53
Date d'inscription : 07/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Jeu 13 Déc - 19:23

Hum.. oui enfin bref, résultat du vote Poutinien à quel heure ?

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Quentin le Jeu 13 Déc - 21:36

Toni a écrit:Un vote encadré par les CRS... comique...Meme en Russie on va pas aussi loin.
Ce qui est comique c'est l'interprétation que tu en fais Very Happy Les CRS sont là pour empêcher les débordements, pas pour influer sur les votes. Ca me parait tellement évident.

Quentin

Messages : 118
Date d'inscription : 14/11/2007
Age : 30
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Jeu 13 Déc - 21:39

Oui, comme la phrase du président "si le oui gagne j'annule votre année" La milice est là pour empecher un vote sous pression présidentiel de ne pas avoir lieu.

Si tu appelles ca la démocratie, va vivre en Russie, il sont la meme chose.

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Ven 14 Déc - 1:11

Le déblocage à été voté :

Votants = 3003
Blancs ou nuls = 91
Pour le blocage = 612
Contre le blocage = 2300


Voila voila, dès Lundi reprise des cours (enfin je sens que ça va etre comme le CPE : renseignements sur les modalités d'examens)
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  DuckEater le Ven 14 Déc - 1:45

Y en a qui veulent déjà bloquer Lundi prochain :nerd:
D'ailleurs, demain, AG à midi devant la fac.

DuckEater

Messages : 53
Date d'inscription : 07/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Ven 14 Déc - 1:56

Courage a MP3 (ahah)

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Ven 14 Déc - 3:40

Valérie Pecresse n'a que 20 ans ? Razz

Oui sinon pour le "blocage" de Lundi ça commence à tourner au ridicule. A part forcer Miossec à nous faire payer les 100€ d'astreinte et foutre le dawa à la fac... Je ne vois pas ce que cela arrangeras.

Mme Pecresse, j'espère que vous dormez sur vos deux oreilles Wink
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Ven 14 Déc - 3:46

Oui oui, j'adore votre président, un grand ami

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Ven 14 Déc - 3:50

j'adore pour ma part

On en achete ou des valérie pécresse ? Razz
Et quelles panoplies peut on lui mettre ? Valérie Pécresse "Ségolène Forever"? Valérie Pécresse "et le fantasme du CRS" ?
Et le monsieur qui va avec ? Nicolas Sarken ? Jean Marie Mioken ?

Merci pour vous réponses
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  www.paris8.tk le Ven 14 Déc - 4:05

Je suis unique et bien plus fonctionnelle que Fadela Amara

_________________
http://paris8.forumpro.fr/index.htm le forum de la communauté de Paris 8
L1 Science Politique - Le savoir est une arme
Le milieu c'est merveilleux !
avatar
www.paris8.tk
Admin

Messages : 1442
Date d'inscription : 06/11/2007
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://actudkl.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Mar 18 Déc - 3:26

Hop hop hop encore moiiii :p

Le blocage à été revoté (enfin revoté...à moins de 500 dans un amphi... Rolling Eyes )

Voila voila bonne continuation a tous... (le seul avantage c'est que je suis en vacances...veux bosser y en a marre la s'trop long Crying or Very sad )
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Etu Mtp3 le Mar 18 Déc - 23:41

Communiqué de la vice-présidente du Conseil d'Administration - Lettre de démission (Montpellier 3 je précise Wink )

Notre université traverse une crise difficile, liée à la loi LRU. Les personnels et les étudiants sont légitimement inquiets pour le devenir de l'université française. Or, dans notre établissement, aucune mesure n'a été prise pour faciliter les débats: l'analyse de la loi au Conseil d'administration a été tardive, la demi-journée banalisée pour les personnels est arrivée bien tard, elle aussi. Les discussions avec les étudiants n'ont pas eu lieu sur le fond.

Quant à la gestion de la crise, elle accentue les clivages et augmente les tensions dans la communauté universitaire. C'est le choix de la violence qui l'a emporté. Faute de dialogue et de concertation, les personnels et les étudiants ont été destabilisés, malmenés, divisés. Le président, seul, a décidé de demander une intervention policière sur le campus. Il a choisi, seul, de réaliser sous le contrôle policier un simulacre de consultation, qui se révèle aujourd'hui inefficace, à moins que l'on continue dans l'escalade et que les forces de l'ordre ne reviennent pour une quatrième fois sur le campus.

Il y avait une autre voie dans ces circonstances dont je ne nie pas qu'elles soient difficiles. Pourquoi ne pas avoir consulté le CEVU réuni pour les habilitations à l'heure où l'intervention policière a été décidée? Pourquoi ne pas avoir tenu le CA le lendemain? Pourquoi ne pas avoir consulté les vice-présidents et les directeurs d'UFR? Pourquoi ne pas avoir laissé la communauté universitaire s'exprimer et organiser son service d'ordre, comme cela a été proposé par certains d'entre nous? Ce qui nous divise aujourd'hui aurait pu nous rassembler et sans doute nos étudiants auraient-ils pu sortir la tête haute du conflit. Au lieu de cela, un silence pesant émaillé d'arrêtés et de communiqués contradictoires, un silence assez proche du mépris, face à une communauté qui, pourtant, se rassemblait dans un désir presque unanime de remettre en route l'institution.

Telle n'est pas ma conception de la présidence. Pour moi, elle se doit de souder la communauté universitaire, de l'entraîner vers un projet clairement défini emportant l'adhésion de chacun, parce que chacun s'y reconnaît, y voit son rôle et les bienfaits qui en ressortiront pour tous. En cas de crise, un président consulte, écoute, rassure, galvanise pour agir. Il n'oscille pas entre la peur et la violence. En cas de crise, il ménage l'issue et reste dans une position qui vise à réconcilier.

Pour moi, c'est la tête haute que je veux sortir de mes fonctions électives universitaires. Jamais on ne me fera croire que la force peut remplacer le dialogue. Jeudi, nous avons donné à nos étudiants un exemple pitoyable de démocratie, en les faisant voter sans liste d'émargement, sans accès au dépouillement et avec des cars de CRS dans le paysage proche. On me dit que beaucoup d'entre vous souhaitaient cette issue, On me dit que ma voix ne sera pas entendue. On me dit même qu'on pourrait rire de moi. Tant pis.

J'ai beaucoup travaillé pour nous tous ces derniers temps, mais sans succès. Mon travail sur le budget et les préconisations que j'ai faites pendant ces dix-huit mois, sont restés sans échos. La lettre de cadrage, prête depuis huit semaines n'a pas été examinée. Il manque un million d'euros pour monter le budget. Lors de mon élection, le président a dit me confier la gestion des personnels. Je n'y ai jamais eu accès et j'ai vu, impuissante, le gâchis des compétences se faire sous mes yeux. Je n'ai rien pu faire non plus sur le redéploiement des postes enseignants et pour la maîtrise des heures complémentaires. Je n'ai pas été entendue sur la question du resserrement de l'offre de formation. J'ai été tenue écartée de la question des locaux pourtant brûlante au moment de la révision du contrat de Projet Etat Région, à l'heure où nous allons probablement perdre Saint-Charles et la Rue l'Abbé de l'Epée, et où il est question, peut-être, quand il y aura eu une délibération du CA, si on l'en saisit, de construire encore sur le Campus. Le contrat d'établissement, pour lequel j'ai fourni un énorme travail, ne soustend pas un projet qui pourrait remobiliser nos forces. L'interU va à la dérive et se noiera dans le PRES, si jamais ce dernier arrive à émerger. Seule la recherche, semble prendre la bonne voie, avec son regroupement d'équipes, sa nouvelle structuration, ses thèmes fédérateurs qui, s'ils ne se développent pas dans le PRES, trouveront leur place dans la MSH.

Au-delà de la crise actuelle, le bilan est plus qu'inquiétant. Qui peut actuellement remettre en marche notre lourde machine? Le Président est-il en état de mobiliser la communauté universitaire? A-t-il encore sa confiance?

Quant à moi, je sais que désormais mon travail est inutile, et que cautionner par ma présence dans l'équipe de direction ce qui vient de se passer sur ce campus m'est éthiquement impossible. Vous m'avez souvent entendu soutenir que mon travail était technique, qu'il suffisait de bien étudier les dossiers pour qu'émergent des solutions consensuelles, en un mot, que dans mon travail, je dépassais le politique. Aujourd'hui le politique me rattrape. C'est pourquoi je vous remets ma démission en vous remerciant de la confiance que vous m'avez accordée pendant ces longues années. Merci aussi à tous ceux avec lesquels j'ai travaillé et qui ont instruit avec moi les dossiers que j'avais en charge, faisant la preuve de leurs compétences et de leur goût du travail. Cela ne manque pas dans notre université, et c'est là-dessus qu'il faudra s'appuyer pour que l'université Paul Valéry retrouve la place qu'elle mérite.

Marie-Paule MASSON
avatar
Etu Mtp3

Messages : 12
Date d'inscription : 07/12/2007
Localisation : Université Montpellier 3 (Lettres et Sciences Humaines)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation Montpellier 3 (suite)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum