alors cette reunion departement cinéma ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

alors cette reunion departement cinéma ?

Message  célineS le Mar 11 Déc - 19:26

qu'est ce qui a été dit?
racontez moi, racontez moi Smile
avatar
célineS

Messages : 29
Date d'inscription : 15/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: alors cette reunion departement cinéma ?

Message  Yaume le Mar 11 Déc - 22:01

ça vient ça vient Smile

Yaume

Messages : 113
Date d'inscription : 13/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: alors cette reunion departement cinéma ?

Message  Céline L. le Mer 12 Déc - 0:10

Compte rendu à suivre (j'essaie de faire ça vite!)

Céline L.

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: alors cette reunion departement cinéma ?

Message  shibishen le Mer 12 Déc - 0:14

la pauvre la pression
avatar
shibishen

Messages : 191
Date d'inscription : 13/11/2007
Age : 30
Localisation : 93

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: alors cette reunion departement cinéma ?

Message  Céline L. le Mer 12 Déc - 0:54

Bon heu shibishen, va voir ailleurs si j'y suis et profites-en pour te réconcillier avec l'orthographe.

Céline L.

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: alors cette reunion departement cinéma ?

Message  célineS le Mer 12 Déc - 11:52

Embarassed je voulais pas vous mettre la pression!
je suis juste trop curieuse !!

en plus je voulais trouver quelque chose à aborder pour vous le transmettre...et j'ai rien trouvé Sad

bon courage pour le compte rendu!!
avatar
célineS

Messages : 29
Date d'inscription : 15/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Compte rendu de l'AG du département cinéma

Message  Céline L. le Mer 12 Déc - 15:46

Compte rendu de l’assemblée générale du département cinéma de Paris 8, réunie le 11 décembre 2007.


Etaient présents une dizaine d’enseignants, des membres du personnel (secrétaires et techniciens), et une centaine d’étudiants, peut être plus (l’amphi Y était plein). L’assemblée s’est tenue pendant plus d’une heure et demie, et s’est déroulée dans le calme, excepté pour quelques échanges plus vifs.

Les points principaux de la réunion :

1- Le point sur le mouvement de contestation de la loi LRU dans le département cinéma.
2- Les questions de la validation du semestre et du rattrapage des cours.
3- Comment continuer la mobilisation tout en assurant la bonne conduite des cours ?
4- Pêle-mêle : débats et échanges sur le mouvement étudiant.


1-LE POINT SUR LE MOUVEMENT DE CONTESTATION DE LA LOI LRU DANS LE DEPARTEMENT CINEMA .

Pour ouvrir cette toute première réunion du département cinéma depuis le début du mouvement, les enseignants présents ont exprimé leur opposition à une loi qui s’attaque aux principes même de la démocratie à l’université. Ils ont pointé la dangerosité de cette réforme à cause de ce qu’elle implique au niveau des modes de gestion de l’université, du statut et du recrutement des enseignants-chercheurs, et du pouvoir renforcé de la présidence. Les enseignants ont aussi exprimé leur inquiétude face à la conception néfaste de rentabilité des savoirs, qui va à l’encontre de l’idée de l’université qu’ils défendent. Les enseignants de cinéma affirment leur position dans le mouvement de contestation contre la réforme « Pécresse » aux cotés des étudiants.

Des étudiants mobilisés de façon active depuis le début du mois de novembre ont partagé un petit bilan de leurs actions. Au sein du département, une quinzaine d’étudiants se sont engagés complètement dans le mouvement. Des liens se sont créés avec les étudiants en Art Plastique, en Théâtre et en Musique et Photo et ont permis la réalisation de projets communs (happenings, point info, ateliers, fabrication de films, projet d’association…) Si le noyau dur des étudiants mobilisés s’est soudé, un écart avec les étudiants non mobilisés et les professeurs se ressent, d’où la nécessité d’une telle assemblée générale. La reprise des cours sous leur forme habituelle, et la fatigue aidant, les étudiants mobilisés expriment le désir de voir leur action relayée et étendue au reste du département.

A propos de la mobilisation sur Paris 8, il faut constater que bien que constante, elle n’est pas si extraordinaire que ça. Il est entendu, et en général approuvé dans l’assemblée, que le principe du blocage de l’université à ce stade du mouvement est contre-productif. Il faut organiser des actions de blocage du gouvernement, systématiser le mouvement engagé de communication au sein, et entre les UFR, maintenir un mouvement critique et perpétuel dans l’université.

L’idée de rédiger une motion affirmant les positions du département est lancée, sans suite.

2-VALIDATION DU SEMESTRE, RATTRAPAGE DES COURS .

Cette question essentielle était au centre des préoccupations des enseignants et étudiants réunis. Les enseignants réaffirment, en accord avec la résolution du CEVU, qu’aucun étudiant ne pourra être pénalisé pour la période de grève et de mobilisation.
Pour la validation des partiels, il existe plusieurs solutions : rallonger le semestre d’une semaine, rallonger le délai de remise de dossier, mettre en commun des cours en ligne pour les étudiants mobilisés, faire des cours intensifs le week-end ou dans la semaine…
Les dispositions seront prises au cas par cas, dans les cours, selon les dispositions de chacun ; afin d’organiser de la meilleure façon possible la fin du semestre.

Le problème le plus important est celui du jeudi, jour sinistré ! Entre les jours fériés, les grèves de transport, et le blocage systématique ce jour là en raison des manifestations (qui ont lieu le mardi et le jeudi), le retard pris est considérable.
Pour régler ce problème, il faut absolument en parler aux assemblées générales de l’université, puisque les dates de manifestations sont décidées lors des coordinations étudiantes.

3-COMMENT CONTINUER LE MOUVEMENT ?

Si la volonté de reprendre les cours est forte, celle de maintenir la mobilisation l’est aussi.
Plusieurs points sont soulevés : la question de la mise en application des décrets de la loi LRU (en mars ? il faut se renseigner sur ces dates afin d’organiser la défense !), les modalités de mobilisation.
De manière générale, les cours alternatifs ne semblent pas convenir, sauf pour des initiatives comme celle de faire venir des réalisateurs pour débattre de leur film.
Quelques idées sont lancées :
Des professeurs et des étudiants proposent d’organiser un week-end pour tourner des petits films politiques et humoristiques. Des étudiants proposent de former des équipes de travail sur des projets créatifs autour de la loi. Des étudiants souhaiteraient des actions visibles à l’extérieur, comme des happenings ou des actions de perturbation et de blocages du gouvernement, qui resteraient « jubilatoires ». Des professeurs réclament des ateliers d’explication et de réflexion sur le fonctionnement de l’université et sur la loi LRU…Il est essentiel de se fixer une date butoir pour terminer ces projets, et de décider d’une date forte pour une grande manifestation. Les professeurs et étudiants se proposent de travailler ensemble.
La mobilisation passe aussi par une meilleure information, une meilleure communication à la fois sur la loi et sur l’actualité de Paris 8. Un groupe de travail s’attellera à cette question.
Il est essentiel de créer une dynamique de groupe au sein du département.

Pour organiser tout cela, centraliser et concrétiser les projets, un comité de mobilisation est créé. Il pourra faire le lien avec les autres départements, et s’assurera de maintenir le dynamisme de la mobilisation. Afin d’avoir une permanence, la salle A112 pourra servir de « bureau », tous les jours à partir de 15h.
Pour contacter le comité : celinelong@aol.com ; yaume.s@gmail.com .
Une réunion du comité est prévue mardi 18 à 15h en A-116.



4-PELE MELE.

Sur la question de la faible mobilisation des étudiants, plusieurs points de vue ont été exprimés.
Beaucoup d’étudiants estiment ne pas avoir l’espace pour s’exprimer dans les assemblées générales de l’université, qui sont, selon eux trop « politisées », trop fermées. Beaucoup ne se sentent pas représentés, ou ne se reconnaissent pas dans ces assemblées, qui souvent durent longtemps. A ce propos est donc suggéré d’organiser plus souvent des assemblées générales du département, et de participer plus aux réunions d’UFR, qui offrent plus de place pour s’exprimer.
Certains étudiants trouvent difficile de se mobiliser, entre leur travail et les cours, leur emploi du temps est souvent déjà très chargé.
Certains étudiants trouvent que la communication se fait mal. Les étudiants mobilisés devraient revoir leurs méthodes de communication.
D’autres éprouvent simplement des difficultés à s’informer. On peut aussi constater une dépolitisation massive des étudiants et un certain désintérêt pour la vie au sein de l’université.
Sur tous ces points, un travail de réflexion est à faire.
Un étudiant a évoqué l’idée d’un référendum à bulletin secret, ce qui n’a pas trouvé beaucoup d’écho.
Le problème des manifestations chaque semaine, chaque jeudi a aussi été débattu, beaucoup préféreraient une grosse manifestation à une date précise plutôt que le rituel hebdomadaire.

Céline L.

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: alors cette reunion departement cinéma ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum